Coordination : Geneviève Colas - genevieve.colas@secours-catholique.org - 06 71 00 69 90

Le plan d'action national de lutte contre la traite 2019-2021 toujours en attente

Depuis 2 ans et 2 mois, la France n'a toujours pas de second Plan National contre la traite des êtres humains

Une délégation du GRETA du Conseil de l'Europe (groupe chargé de suivre la mise en oeuvre de la Convention du Conseil de l'Europe contre la traite des êtres humains) est venue en France dans le cadre du suivi de la Convention du Conseil de l'Europe contre la traite des êtres humains.
C'est la première fois que le GRETA se déplace en dehors des revues périodiques prévues pour demander à un Etat de mettre en oeuvre les engagements pris.

Le Collectif "Ensemble contre la traite des êtres humains" souhaite que cela accélère le lancement du second Plan d'Action national contre la traite avec des moyens conséquents.

Pour rappel, lors de l'examen périodique universel de la France par l'ONU, à Genève, en 2019, le Gouvernement français a travers François Croquette, ambassadeur aux droits de l'homme, avait promis la présentation du plan d'action national de lutte contre la traite 2019 -2021 d'ici fin 2018.

Cette fois devant le GRETA du Conseil de l'Europe le Gouvernement français s'est engagé à ce que le second plan national de prévention et de lutte contre la traite soit adopté d'ici avril 2019. Au 28 février 2018, la société civile n'a pas en main le projet de Plan qui doit être établi en concertation avec la société civile.

Ce Plan doit répondre aux engagements internationaux de la France régulièrement rappelés par la société civile française (et en particulier le Collectif "Ensemble contre la traite des êtres humains") , le rapporteur national sur la traite des êtres humains CNCDH (Commission Nationale Consultative des Droits de l'Homme), l'Union européenne (au regard de la directive contre la traite), le GRETA du Conseil de l'Europe (chargé du suivi de la Convention), l'ONU (et en particulier le Conseil des droits de l'Homme, la Commission des droits de l'enfant...).

Chacune de ces organisations et institutions demande régulièrement à la France de prendre en compte la question de l'exploitation des personnes et de la traite des êtres humains.

> Communiqué de presse publié par le GRETA concernant la tenue des entretiens à Paris

> Communiqué de la CNCDH